Sponsors











Tweets

jeudi 29 mai 2008

Fusion avocats-CPI : motions des syndicats et institutions ordinales

Le site internet de Me Philippe Schmitt, avocat spécialisé en propriété industrielle publie une page dédiée au rapprochement avocats-CPI.

On y trouve en particulier les dernières motions de 8 syndicats ou institutions ordinales : CNA,
ordre des avocats de Marseille, UJA de Marseille, Conseil de l'Ordre de Paris, FNUJA, Conférence des Bâtonniers, SAF, Comité directeur de l'ACE.

Articles similaires :



9 commentaires:

Anonyme a dit…

En clair le CNB veut la disparition des CPI sans condition.Et ces derniers tombent dans le piège (du moins le bureau de la CNCPI).
Qu'en pensent les entreprises françaises? Qu'en pense le conseil supérieur de la PI? Qu'en pense l'INPI et le Mininitère de l'économie?
Où est l'intérêt supérieur de la France?

Anonyme a dit…

La motion du CNB n'est pas présentée ici.
Ne pas confondre CNB (Conseil National des Barreaux) et CNA (Confédération Nationale des Avocats) !

Anonyme a dit…

Ces positions sont antérieures à la dernière AG de la CNCPI. Je suis curieux de savoir comment va réagir le CNB, les ordres et les syndicats à la résolution adoptée.

Anonyme a dit…

l'intéret supérieur de la france est d'avoir des professionnels formés à haut niveau, des professions juridiques décloisonnées, et une forte visibilité pour les métiers de l'innovation

et merci d'arreter la paranoia : personne ne veut la disparition des CPI

Anonyme a dit…

"l'intéret supérieur de la france est d'avoir des professionnels formés à haut niveau"

Tout le problème est là, avec une augmentation des exigences (examens...), pas sûr qu'il en reste beaucoup, de ces professionnels.

Anonyme a dit…

D'accord pour la visibilité des métiers de l'innovation.Ce qui veut dire que les CPI doivent le rester.
Si des professions juridiques décloisonnées veut dire la profession unique du droit c'est une idéologie absurde. Les comptables aussi font du droit!
Si décloisonné veut dire travailler ensemble c'est parfait. Mais c'est déjà le cas. Les CPI travaillent très bien avec les avocats. On peut aller plus loin avec l'interprofessionalité qui est d'ailleurs la loi en vigueur de 1990.
Tout le monde avocat, ne parait pas la solution adéquat pour les intérêts français.D'ailleurs les entreprises, c'est à dire les clients,n'en veulent absolument pas.La moitié des CPI non plus. Pour ceux qui veulent absolument devenir avocat il existe des passerelles mais qu'ils n'obligent pas les autres.
A vrai dire la seule solution libérale qui laisse le choix à chacun est bien l'interprofessionalité .

Anonyme a dit…

"D'accord pour la visibilité des métiers de l'innovation.Ce qui veut dire que les CPI doivent le rester."

faites donc une requête "CPI" sous Google.

Cour pénale internationale

Conception Professionnalisme Innovation (motos asiatiques)

Groupe CPI, systèmes d'informations d'entreprise

Consumer Price Index

En d'autres termes tout et n'importe quoi.

Anonyme a dit…

"faites donc une requête sous Google ..."
Essayez donc sur Google "Conseil en Propriété Industrielle"
Puis "Avocat spécialisé en Propriété Intellectuelle"
et voyez laquelle de ces deux requêtes vous oriente vers le professionnel le plus pertinent pour déposer un brevet

Anonyme a dit…

"l'intéret supérieur de la france "
est ce qu'on pourrait arréter avec ce genre de grand mot creux. Si nous voulons que l'industrie se préoccupe plus de PI, il faudrait que les spécialistes de la PI s'approprient aussi le language et les méthodes de l'industrie.
J'attends toujours le modèle économique, les coûts, les bénéfices (pas incantatoires mais ceux qui reposent sur la façon dont nous allons facturer notre travail dans ce nouveau cadre par rapport à aujourd'hui) qui soutendent ce projet.
Jamais un industriel ne lancerait un projet de cette ampleur sans avoir toute ces données en main, où sont elles ?

Related Posts with Thumbnails
 
Le Blog du Droit Européen des Brevets Copyright Laurent Teyssèdre 2007-2016