Sponsors











Tweets

vendredi 17 septembre 2010

L'invention de la semaine

Combinaison ou juxtaposition de moyens ?

FR 2.942.697
CENDRIER A CLEF USB 


L’invention se caractérise par un orifice ayant une forme correspondante à une clef de type USB, adjoint à un récipient destiné à recevoir des cendres.
Elle est constituée du récipient destiné à recevoir des cendres (2) adjoint à l’orifice (1) dans lequel est introduit la clef de type USB (3).
L’innovation technique selon l’invention est destinée au monde lié à l’industrie du tabac.

Le problème technique résolu par l'invention est exprimé en ces termes : "Traditionnellement, le fumeur qui veut à la fois déposer ses cendres dans un cendrier et à la fois utiliser un clef de type USB, n'a d'autre choix que de l'avoir anticipé en ayant au préalable rapproché un cendrier de sa clef de type USB."

Articles similaires :



7 commentaires:

Gaïa a dit…

Ben tiens, l'inventeur (rédacteur de sa propre demande de brevet) ne doute de rien.

Pourquoi ne pas inventer le téléphone porte crayon, ou bien, l'écran d'ordinateur porte cendrier, ou bien le crayon porte gomme, ah non ce dernier existe déjà...

Anonyme a dit…

Il ne reste plus qu'à inventer l'incinérateur USB (pour les moustiques).

Anonyme a dit…

ægaïa
en effet pourquoi pas, en utilisant l'approche problème solution :
Le document de l'art antérieur le plus proche est celui décrivant le cendrier de poche. Le problème consiste donc à trouver un moyen de fixation permettant d'utiliser ce cendrier de poche dans le cadre de l'utilisation nomade d'un ordinateur portable.
Malheureusement on peut remarquer que le document WO2005088196 divulgue déjà l'utilisation d'un port USB pour la fixation d'un briquet (même homme du métier, même domaine technique) sur un PC portable. On peut donc imaginer que l'homme du métier aurait été incité à appliquer la solution de ce document au cendrier.
En l'absence de WO2005088196, le cendrier USB est parfaitement brevetable, d'ailleurs le briquet USB l'a été en Autriche.
:)

Némo a dit…

fumeux !

oui, ce commentaire est facile, mais quand même, aller dépenser autant d'argent pour ce qui n'est (à mon sens, certes) qu'un gadget ...

j'aurais compris si l'objet final, utilisant l'énergie délivrée par le port USB opérait une fonction différente et utile, comme destruction des goudrons, diffusion de parfum d'ambiance, etc... ou si au contraire en y posant sa cigarette allumée, une partie de cette énergie thermique était transformée en un signal ou une énergie d'appoint, mais là ...

Et que faire quand on fume la pipe? il est souvent utile de la "cogner" pour éliminer le tabac collé dans le fond, mais là, à terme cela finira par tordre le connecteur et entraînera un dysfonctionnement du PC nomade, qu'en pensez-vous?

Anonyme a dit…

@ anonyme de 10h36 :
en EP, sans WO, cela aurait été brevetable avec l'approche pb-solution car il faut l'incitation. Mais aux US, ce temps béni est fini : plus de TSM depuis KSR, nb limité d'essais ou composants connus ajoutés à des systèmes connus sont évidents...

@ nemo : on ne voit pas les détails de la pièce 1 pour savoir si elle ne peut pas s'accoupler aussi au PC, ce qui donnerait de la rigidité au système, et si on y ajoute un mécanisme de récupération d'énergie à inertie, on a notre synergie...

Mais bon, il est interdit de fumer dans les locaux, cela réduit l'utilisation de ce dispositif à l'extérieur et à l'été. Donc on oublie pour les mois qui viennent.

Bon we

Anonyme a dit…

L'INPI n'est habilitée qu'à constater l'absence manifeste de nouveauté, donc toute argumentation fondée sur l'activité inventive reste sans effet, et on ne parle même pas de clarté ou de suffisance de l'exposé.

Le fonctionnaire de la rue de Saint-Pétersbourg se contente de coller un papillon jaune ou rouge sur le formulaire accompagnant le rapport de recherche dressé par l'OEB; si on lui avait permis de cocher une case avec un stylo ceci aurait déjà représenté une liberté excessive.

Je me suis d'ailleurs souvent demandé à quoi pouvaient bien servir les opinions rédigées par l'OEB car elle ne semblent jouer aucun rôle dans la procédure nationale. L'examinateur de l'OEB doit s'abstenir de faire référence à toute disposition nationale ou européennes, ce qui n'est pas très commode. Si le demandeur revient à l'OEB avec une demande EP ou PCT il faut alors remettre en forme la communication, et ajouter des référence aux articles et aux directives, sans oublier le risque de la découverte d'un bon document 54(3). Si la nouvelle demande a été modifiée par rapport à la première le travail est de toutes façons à refaire en bonne partie, et le demandeur courre toujours le risque d'avoir bousillé sa priorité s'il a été maladroit.

J'aurais peut-être cité le grille-pain USB, après tout si ce réceptacle est adapté pour recevoir les restes de pains grillé, il peu aussi recuillir les cendres de moquette... (Ou vice-versa, il s'agit d'un gag).

Dans tous les cas, ce produit ne pourra jamais être certifié compatible avec un MAC...

USBbriquet a dit…

Je ne comprends pas bien l'utilité de cette invention...

Related Posts with Thumbnails
 
Le Blog du Droit Européen des Brevets Copyright Laurent Teyssèdre 2007-2016